Mar 302017
 

L’équipe du café Aquin (UQAM) tient à réagir collectivement à l’agression dont ont été victimes deux de ses employé.e.s, dont un plus spécifiquement visé, par un membre du Parti Communiste Révolutionnaire de Montréal (PCR). L’agression s’est déroulée ce mardi 28 mars à 17h45, au Café Aquin.

Comme de nombreuses autres personnes soucieux-ses de solidarité et de justice sociale, nous sommes interpellé.e.s par les dérives autoritaires du PCR de Montréal qui durent depuis déjà un moment et plus particulièrement celles des derniers mois et dernières semaines. Au lien suivant, vous trouverez par exemple un article qui raconte comment quatre dissident.e.s du PCR se sont fait battre et violemment expulser d’un événement à la librairie Normand Béthune, le QG du groupe. Ces dissident.e.s accusent notamment le PCR Montréal de transphobie, d’antiféminisme et d’autoritarisme.

C’est dans ce contexte que se déroulent les faits qui ont eu lieu mardi, dont voici le résumé réalisé à partir des témoignages des deux employés et de trois client.e.s :

Vers 17h30, ce mardi 28 mars, deux membres du PCR viennent mettre des affiches et distribuer des tracts aux alentours et à l’intérieur du Café Aquin. Quelques minutes plus tard, un employé qui prend sa pause croise encore les deux membres du PCR autour du café et leur signifie que leurs affiches et tracts n’y sont pas les bienvenus. Quelques instants plus tard, les deux membres du PCR entrent à nouveau dans le café. L’un des deux passe DERRIÈRE le comptoir, dans la partie réservée aux employé.e.s. Il se dirige vers l’employé, qui les avait uniquement critiqués, afin de l’intimider en le menaçant et en le bousculant. L’employé somme l’agresseur de quitter l’endroit, lui dit qu’il est sur son lieu de travail et qu’il n’est pas le bienvenu. Il est forcé d’ajouter le geste à la parole, pour sa propre sécurité. Au bout de quelques instants, l’employé, aidé d’un.e autre employé.e puis de plusieurs client.e.s, parviennent à le faire quitter en le ramenant vers la sortie. C’est ainsi que les deux membres du PCR ont quitté le café et le pavillon Aquin.

L’équipe du Café Aquin tient à s’opposer sans équivoque aux agissements des deux membres du PCR (l’un actif dans l’agression et l’autre le soutenant). L’agression d’un travailleur SUR son lieu de travail est scandaleuse. D’autant plus que les actes ont été commis par des partisans d’un Parti qui dit défendre le prolétariat.

Nous présentons nos excuses aux client.e.s qui ne seraient pas senti.e.s en sécurité lors des événements. Le Café Aquin est un espace qui se veut sécuritaire, féministe et solidaire. C’est pour cela que nous sommons dès aujourd’hui les deux membres du PCR Montréal de ne plus se présenter au Café Aquin et à toutes personnes qui les soutiendraient de faire de même.

Enfin, en tant que café étudiant de l’UQAM, nous souhaitons également interpeller les associations qui pourraient soutenir de quelconque façon (prêter des locaux, impressions d’affiches, etc.) le PCR Montréal, à réfléchir à la portée de leur soutien envers un Parti dont les pratiques et propos vont clairement à l’encontre de leurs mandats les plus élémentaires.

Sincèrement et solidairement,
L’équipe du Café Aquin