Août 162017
 

Soumission anonyme à MTL Counter-info

L’encre a beaucoup coulé ces derniers temps a propos du blocage des puits Galt de Junex en Gaspésie. Malgré tout, l’information sur ce qui se passait sur le lieu du blocage demeurait plutot limitée, les flics, tout comme les bloqueuses-bloqueurs sont demeuréEs avares de mots.

Je ne m’étendrais pas sur le comment ou le pourquoi de cette action.
Je tiens seulement a partager des moments d’une puissance incroyable qui ne seront jamais relayés par les médias, mais qui furent bien réels.

La vue était imprenable de Galt 5 (transformé par Junex en plateau désert de gravelle et de résidus de forage), du haut de la montagne entouré de foret dense, et la vie quotidienne aupres de personnes admirables était douce. Le cor sonnait trois fois par jour, annoncant l’heure du repas, ca discutait de tout, entre quelques relais de garde sur les barricades.

Je n’oublierai pas la joie espiegle qui s’emparait de nous a la vue du loader de Junex utilisé pour leur bloquer leur propre chemin, ni l’absurdité de voir des gens masqués vaquer a leurs occupations quotidiennes ou bien déhambuler une chainsaw ou une hache a la main, tout en portant l’uniforme de Junex agrementé d’un casque de construction jaune fluo.

Les barricades qui s’amélioraient de minutes en minutes, passant de quelques arbres couchés en travers du chemin a un mur de branches, renforcé avec de la terre, un echafaud en guise de tour de guet, des blocs de bétons et la machinerie placée en travers de la route. Le tout avait un look de chateau-fort imprenable.

Que dire des fous rires collectifs devant l’incomprehension totale des flics confrontés a notre silence (surtout lorsqu’ils nous ont transmis une injonction au nom de Gab Luneau).

Bien sur, tout ne fut pas parfait, nous avons eu notre lot d’embuches, de pleurs, de remises en question, de doutes et de moments tendus, mais peu importe le dénouement de cette histoire, la victoire est déja notre. Nous avons ouvert un monde de possibilités en un temps si court, le bal est lancé pour la suite.

La seule entrevue que nous avons accepté de donner a Radio-Canada et dont vous n’avez surement pas entendu parler se résume ainsi: (chanté parfaitement faussement)

Nous aurons des corbeilles pleines
De roses noires pour tuer la haine
Des territoires coulés dans nos veines
Et des amours qui valent la peine

Nous aurons tout ce qui nous manque
Des feux d’argent aux portes des banques
Des abattoirs de millionaires
Des réservoirs d’annees lumieres

Et s’il n’y a pas de lune
Nous en ferons une

Junex et tous les autres, on vous emmerde, vous ne nous retrouverez jamais et on ne vous lachera pas.

Freddy, nos pensées et tout notre respect sont avec toi.
Force et courage.

UNE AUTRE FIN DU MONDE EST POSSIBLE