Mar 102017
 

Cliquez sur CC sur l’application vidéo pour voir les sous-titres en français

De Sub.media

Évaluation et rapport de

la contre-manif anti-raciste

Ceci est une rapide évaluation personnelle et un rapport de la contre-manifestation anti-raciste à Montréal aujourd’hui (4 mars 2017) en réaction à une tentative de mobilisation d’islamophobes, racistes et anti-immigrant.e.s. Ceci est un rapport public (Je sais que n’importe qui peut le lire). Je peux partager d’autres infos avec des camarades.

Ceci n’est simplement l’avis que d’un activiste anti-raciste sur ce qui s’est passé plus tôt aujourd’hui à Montréal, influencé par des discussions avec des camarades, avec qui j’ai partagé la plupart de ce que vous allez lire plus bas.

Évaluation

Il est essentiel d’être brutalement honnête: la mobilisation d’aujourd’hui a été un échec tactique par les anti-racistes et les anti-fascistes de Montréal. Il n’était pas assez pour nous d’être dans la rue ni d’être plus nombreuxes que les racistes; nous avions besoin d’empêcher au minimum les racistes islamophobes de marcher et d’arrêter la marche complètement. Pourtant, plus de 100 manifestant.e.s racistes, entouré.e.s de polices, ont réussi à marcher de d’Hôtel de ville au carré Berri et nous avons été incapables de les arrêter. C’est tout simplement inacceptable, c’est un immense échec.

Depuis les deux dernières années, malgré l’augmentation des groupes racistes et anti-immigration, nous avons empêché l’extrême droite de marcher ou de manifester publiquement, ou de les confronter avec du succès (ex: les manifestations de Pégida échouées dans St-Michel et Villeray; les mobilisations et évènements de JDL échouées; nous avons empêché l’anti-immigrant.e.s et raciste « Marche du silence »; nous avons activement confronté la visite de Marine LePen à Montréal). Aujourd’hui, l’extrême droite raciste a réussi à marché dans les rues de Montréal et il n’y a pas de manière d’embellir cette réalité.

En parlant avec des camarades après l’évènement, et après avoir réfléchi personnellement, il y a plusieurs raisons immédiates à notre échec collectif, selon moi:

i) Quand notre contingent de maximum 400 personnes a été séparé de la manifestation raciste et il y a eu une période de 45 minutes où nous étions d’un côté et que leur manif était de l’autre, une grande partie (50-100 personnes) de notre manif aurait dû se déplacer de l’autre côté pour prendre les racistes en sandwich. Il aurait été plus difficile pour les polices de nous tasser pour permettre la marche raciste que pour nous de tasser les anti-émeutes (ce qu’on n’a pas réussi à faire). Pour être juste, certains camarades en ont parlé, et quelques individus se sont déplacés de l’autre côté pour les prendre en sandwich, mais ce n’est jamais arrivé de manière efficace et décisive.

ii) Notre manifestation anti-raciste aurait dû être beaucoup plus importante. Nous étions 400 max. et nous aurions dû être au moins 1000. S’il vous plaît, prenez les appels pour confronter les racistes et les fascistes sérieusement, changez vos plans si nécessaire et présentez-vous (si vous en êtes capables) ou joue le tout aussi important rôle de soutenir les gens qui y sont présents.

iii) Présentez-vous à temps pour confronter des racistes; nous étions 400 personnes max., mais environ 200 à 11h30. Il y avait déjà des racistes présent.e.s et nous aurions peut-être pu coordonner deux groupes anti-racistes pour les prendre en sandwich si plus de gens avaient été présents plus tôt.

iv) Les islamophobes, racistes anti-immigrant.e.s étaient mobilisé.e.s et organisé.e.s. Iels ont réussi à rassembler au moins 100 personnes. La « Canadian Coalition of Concerned Citizens », le groupe islamophobe nébuleux qui a organisé la manifestation à travers le Canada, a été essentiellement pris en charge au Québec par le groupe raciste La Meute, qui organise de façon quasi-militaire. Le temps est passé où les activistes cyniques dé-priorisaient les efforts anti-fascistes comme non centraux puisqu’il n’y avait qu’une poignée de fascistes aux manif qu’iels essayaient d’organiser (nos manifestations faisaient partie de la raison pour laquelle ces fascistes restaient à la taille d’une poignée). L’extrême droite raciste et anti-immigrant.e.s est organisée et mobilisée au Québec, Montréal inclus.

v) Non seulement la manif raciste a réussi à marcher, entourée de polices, de l’hôtel de ville au carré Berri, mais La Meute est arrivée à la manif en marchant du carré Berri à l’hôtel de ville (en coordonnant leurs efforts avec les polices). C’est un échec tactique de ne pas avoir entendu parler de cette marche en avance et de n’avoir rien fait.

vi) Nos communications collectives d’aujourd’hui ont été un échec. La prochaine fois, il faudra communiquer de façon organisée, pas improvisée, coordonnée, fiable, selon un plan collectif d’entourer les racistes, les prendre en sandwich et ensuite, les arrêter complètement.
Un résultat possible de l’échec d’aujourd’hui concernant l’arrêt des racistes est de se montrer moins complaisant.e.s dans notre organisation anti-fasciste, devenir mieux organisé.e.s, voulant dire aussi de ne pas compter sur l’ « antifa » en tant que sous-culture, mais plutôt une priorité centrale dans l’organisation de tous les groupes qui opposent le racisme et le fascisme. Un autre résultat qu’il faudra prendre l’extrême droite anti-immigrant.e.s en hausse au Québec et au Canada au sérieux (au cas où vous ne le faisiez pas déjà). Un autre résultat qui met au défi notre modèle d’organisation existant, surtout le fait de compter (pour quelques-un.e.s) sur de l’improvisation totale pour ce qui est des organisations nécessaires, fiables et de base.

Rapport

Pour celleux qui n’étaient pas là, voici un rapport cru de ce qui s’est passé:

L’appel pour une contre-manifestation anti-fasciste/anti-raciste était prévue pour 11h30 du matin, au moins 30 minutes avant la manif raciste allait commencé en avant de l’hôtel de ville de Montréal. Avant 11h30, environ une douzaine de personne qui avaient l’intention de manifester dans la marche raciste, avec environ 100 activistes anti-racistes et plus qui sont arrivé.e.s dans les 30 minutes d’après. Il y a eu des confrontations verbales et au moins une confrontation physique, entre racistes et anti-racistes. Les polices ont fini par diviser les deux groupes; les racistes déplacé.e.s par la police à l’est de l’hôtel de ville et notre plus grand groupe d’anti-racistes à l’ouest. Une rangée de polices nous a séparé.e.s et ont créé une zone tampon large de la moitié d’un bloc entre les racistes et les anti-racistes.

Pour environ 45 minutes, ou plus, il y a eu des slogans scandés d’un côté à l’autre de notre manif. Pendant ce temps-là, les gens de La Meute sont arrivés et ont joint le petit groupe de racistes. Leur nombre est devenu de 100 et plus, à brandir leurs drapeaux de griffes de loups. Un petit groupe avait des affiches « Pégida Québec » (en référence au groupe d’anti-islam, anti-immigrant.e.s qui a commencé en Allemagne et qui avait jusqu’à maintenant échoué à manifester publiquement à Montréal).

Il est devenu clair que la manif raciste a commencé à marcher sur Notre-Dame vers Berri. La rangée de police reculait et nous les avons suivi.e.s (pourtant, avec du recul, nous aurions dû couper notre manif en deux pour essayer de bloquer la manif raciste). Pendant se déplacement, il y a eu des altercations avec des anti-émeutes. Les polices ont sorti leur poivre de cayenne et quelques camarades ont reçu des coups de matraque (une personne s’est fait explosé les dents avec un coup de bouclier; nous avons pris le numéro de plaque de la police et nous allons faire un suivi pour offrir du soutien constant à la victime).

Éventuellement, il a semblé avoir une stratégie collective et ça a été d’essayer de rattraper la marche raciste en remontant (littéralement en courant à un moment) la rue St-Denis pour rejoindre la rue Berri et confronter les racistes. En revanche, les deux fois (que j’ai notées) où cette stratégie a été utilisée, une rangée de police (à pied et à vélo) nous ont empêché.e.s de rejoindre la manif raciste.

Au moment où nous avons rejoint De Maisonneuve et St-Denis, La Meute était déjà arrivée au carré Berri et était en train de se disperser. Le groupe principal d’anti-racistes est allé au nord pour essayer de trouver une façon de replier la marche au carré Berri. Il restait environ 50-75 membres de La Meute, en train de se disperser, alors nous leur avons crié après à distance. Les polices anti-émeute étaient présent.e.s et ont éventuellement installé une rangée contre notre petit groupe (20 personnes).

Plus tard (environ 10 minutes plus tard), le plus grand groupe anti-racistes nous a rejoint, mais tout était fini. Plusieurs ont pris réconfort en brûlant les affiches que les racistes avaient laissées et en chantant l’Internationale, mais ce n’était certainement pas mon attitude après un tel échec tactique.

Pour les personnes libérales…

Voici un rappel de la raison pourquoi la manif d’aujourd’hui était raciste, islamophobe et anti-immigrant.e.s (et non pas simplement contre M103 et pour la liberté d’expression): Les individu(s) derrière la « Canadian Coalition of Concerned Citizens » ont exprimé publiquement des opinions anti-immigrant.e.s, délibérément exagéré les effets de la motion M103 et d’autres politiques d’une façon islamophobe, ont exprimé ouvertement leur admiration pour Marine Le Pen et Donald Trump, ont partagé des vidéos des groupes d’extrême droite en Europe de l’est avec des slogans comme « Dehors l’Islam » et « Plus de Mosquées » et enfin, ont exprimé des théories conspirationistes anti-sémitiques sur George Soros et l’ordre du monde. Leurs marches basées au Québec ont été ouvertement soutenues et organisées par des groupes de l’extrême droite anti-immigrant.e.s et anti-musulman.e.s comme La Meute et Pégida. Ces groupes réclament être concernés par l’Islam et « l’islamisation » et non pas contre les musulman.e.s, mais quand vous exagéré délibérément et répété des faussetés toxiques sur les musulman.e.s et l’Islam, sans mentionner sur les immigrant.e.s, alors vous êtes islamophobes et racistes. Les individus associés avec ces groupes ont commis des actes violents et ont exprimé de la violence contre des groupes identifiables (ces groupes – musulman.e.s, migrant.e.s, personnes racisées, activistes antifa – n’incluez pas les personnes libérales blanches).

La position des groupes qui se sont mobilisés pour la contre-manifestation anti-raciste est que nous ne fournissons pas d’espace public dans nos rues ni dans nos quartiers pour les racistes. Aujourd’hui n’était pas une journée pour « dialoguer » avec les racistes, mais plutôt de les arrêter. Quelques-un.e.s d’entre nous dialoguons avec eux (plusieurs personnes racisées n’ont pas le choix, ce « dialogue » nous est imposé), mais aujourd’hui était une tentative de shut down. La remise en question libérale de l’efficacité des tactiques anti-fascistes au moment où nous essayons de mettre en oeuvre ces tactiques en face des polices anti-émeutes, du poivre de cayenne et des violent.e.s racistes qui nous ont menacé.e.s, à une manif qui visait clairement à dénoncer et à arrêter les racistes et fascistes est incroyablement contre-productif d’un mouvement anti-raciste efficace. De même pour vos leçons condescendantes sur la « diversité ». Fuck you.

Dans l’espoir que cette évaluation et rapport est utile tant pour les personnes qui étaient là que pour celleux qui n’étaient pas à la manif de Montréal. Plus de discussions, dans nos espaces d’organisations et ailleurs, vont certainement se produire et ceci est une contribution rapide écrite la journée même.

– Jaggi Singh,
membre du Collectif de résistance antiraciste de Montréal (CRAM) et de Solidarité sans frontières.

(Ce rapport est une réflexion personnelle)