À Propos

 

Montréal Contre-information aspire à fournir aux anarchistes de Montréal un espace pour diffuser leurs idées et leurs actions à travers des réseaux et tendances qui se recoupent, hors des sphères médiatiques gauchiste et corporatiste. Nous voulons encourager des réflexions consistantes, des critiques et un engagement envers les projets de révolte et de lutte ayant lieu dans cette ville. Nous désirons que ce projet contribue à clarifier des idées, à aiguiser des pratiques, à trouver des points de départ communs et explorer les différences dans les projets et les initiatives.

À cette fin, le site publiera des nouvelles, des comptes rendus, des communiqués et autres transmissions sous forme écrite et tiendra des archives de contre-information tel que des tracts, affiches, publications, bannières et graffitis. Nous aimerions voir une participation étendue à ce projet, alors n’hésitez pas à soumettre du contenu !

Quand on dit « contre-information », on entend l’information qui vient de la base. Autrement dit, on veut dire qu’il existe, d’un côté, l’information dominante qui présente le point de vue de l’autorité sur les événements, et qui même, souvent, façonne ces événements. De l’autre côté, il y a certaines parties de la société qui parce qu’elles contestent cette autorité et qu’elles lui sont hostiles, organisent leurs propres canaux d’information.

Quand on parle de la contre-information durant les événements de décembre, on ne fait surtout pas référence à un flot homogène d’information. C’est plutôt le contraire. Ce qui a fait naître l’espoir chez certain.es et la peur chez d’autres, c’est que l’explosion des communications, grâce à ses différents moyens de transmissions, codes, émetteurs et récepteurs, était incontrôlable, à l’image de la réalité explosive dans les rues. Les groupes et les collectifs pourraient désormais diffuser des affiches et des brochures, utiliser les systèmes de sonorisation dans les lieux publics achalandés pour informer les gens sur les questions d’actualité et graffer des messages dans les rues.

Globalement, les initiatives et les actions de décembre ont employé le spectre entier des moyens de communication (bannières, slogans, pochoirs, textes, communiqués) pour se « transplanter » avec créativité de la rue à différents espaces de la vie publique (écoles, stations de radio, théâtre, l’Acropolis, etc). Il existe, évidemment, un dénominateur commun à tous ces exemples; la communication sans intermédiaire.

THE (REVOLT) MEDIUM IS THE MESSAGE:
COUNTER-INFORMATION AND THE 2008 REVOLT IN GREECE

Avis de non-responsabilité légale : Montreal Counter-info publie du contenu original, des soumissions anonymes, et du matériel provenant d’autres sites webs pour des fins éducatives seulement. Nous ne condamnons ni ne faisons la promotion de comportements ou d’actions illégales, violentes et illicites, ni des actes d’intimidation contre des individus ou des groupes.

Montreal Counter-info n’est pas une organisation politique. Nous n’organisons pas de manifestations ni d’autres actions, bien que nous offrons l’espace à des groupes variés pour faire des comptes-rendus, pour construire et créer la capacité pour faire des actions variées lorsqu’ils participent aux manifestations, aux luttes sociales et aux mouvements sociaux.